Ateliers & Collectifs

Le chant choral et les pratiques collectives vocales

L'Académie place les pratiques collectives au centre de son dispositif pédagogique. Elle encourage plusieurs formules de Pratiques Vocales en fonction de l’âge et des motivations des participants :

La chorale, réservée à de jeunes enfants et des adolescents dont la voix n’a pas encore mué, n’a pas vocation à former de futurs professionnels.

                                                                                                                                                                                                                   Cette dernière reste une expérience musicale où l’enfant est invité à vivre collectivement  une aventure artistique et humaine. Cette discipline offre la possibilité  de découvrir l’enthousiasme de la production publique tout au long de l’année à travers des programmes de qualité.

Cette pratique développe ainsi  l’esprit d’équipe, l’envie, le goût artistique et l’exigence ; elle installe progressivement, la culture pérenne du travail artistique et musical où l’effort est reconnu et stimulé. Cette reconnaissance, l’enfant l’obtient par une concrétisation sur le court, le moyen et le long terme à travers sa participation volontaire à des spectacles et des concerts.

Le choeur d'enfants, à effectif volontairement limité, permet une véritable recherche de la qualité de la voix et de l'interprétation. Il regroupe plusieurs formations complémentaires selon les productions de l'Académie et propose un recrutement de pupitres en fin d’année scolaire. La formation proposée met l’accent tout autant sur l’apprentissage du chant choral  au plus haut niveau que sur le respect de valeurs essentielles telles que le goût du travail, la volonté de se perfectionner, l’humilité face à l’art, le respect d’autrui.

Direction de Chœur

  Les cursus de direction de chœur ont fait une entrée relativement récente dans les établissements spécialisés. Certaines classes mettent l’accent sur le perfectionnement des chefs amateurs en apportant des compléments de formation, d’autres s’inscrivent clairement dans la formation de futurs professionnels. Le développement qualitatif et quantitatif de l’art vocal est incontestable en France depuis plusieurs années. L’activité auprès des chanteurs amateurs (des débutants aux musiciens très aguerris) connaît un réel engouement et offre de nombreuses perspectives artistiques et pédagogiques. 
 
L'admission se fait sur épreuves ou sur concours. 

Professeur : Bruno HABERT 

C’est en chantant que j’ai commencé la musique, à l’Académie de musique de Monaco. Et quelques années plus tard, je chante toujours, mais c’est désormais une partie de mon métier. La majeure partie consiste à faire chanter les autres ! Les enfants bien sûr, à l’Académie de musique, qu’ils soient en cursus traditionnel, horaires aménagés, ou bien dans les choeurs spécialisés qui foulent régulièrement les planches de l’opéra Garnier de Monte-Carlo, qui côtoient le merveilleux Orchestre Philharmonique…mais aussi les adultes à travers des ensembles amateurs et semi-professionnels.
Le chant a cette merveilleuse particularité d’être le point commun de tous les apprentis musiciens que je fais travailler. Il est à la fois simple car « il suffit de… » et terriblement compliqué puisqu’il nécessite de prendre conscience de son corps – son propre instrument – parfois si difficile à dompter car il réagit à nombre d’influences complètement extérieures à nous. Mais c’est aussi la force du groupe : chacun progresse grâce aux autres, et les autres font progresser chacun.
Outre l’apprentissage du chant, de l’oreille, de l’harmonie en polyphonie, du travail d’ensemble,
j’insiste toujours sur l’importance de la voix, SA voix ! Chacune est unique, tellement belle, mais
tellement fragile… Elle fait partie intégrante de l’enfant qui malheureusement – cours de récréation et terrains de sport notamment obligent – la malmène parfois.
C’est un long parcours que d’apprendre à chanter, mais un tel plaisir au bout du compte. Il a fallu une vie à Picasso pour, disait-il, savoir dessiner comme un enfant. C’est un peu ça, finalement, il faudrait toujours chanter comme un enfant. Rien n’est plus émouvant qu’un enfant qui chante car il y a là absolument tout l’essentiel, et rien que l’essentiel : le plaisir, le don, l’insouciance, l’abnégation.